•  

    Intervention de M. Daniel COHEN

    Directeur Littéraire des éditions L'Harmattan.

     

    Mesdames et Messieurs,

     

    Je vous remercie d'être là ce soir.

     

    J'avais reçu De la France au milieu de dizaines d'autres manuscrits qui évoquent l'homme et ses troubles et, comme le dit Jean-Luc Pujo, « l'homme et sa peur », cette espèce d'émotion ontologique à la source de la civilisation et de ce qu'elle a fait : l'Histoire.

    Il est vrai que cette ode à notre pays, chant mystique d'un républicain inquiet et apaisé à la fois, tranchait nettement, non pas tant par davantage de qualités littéraires que les autres textes déclinaient, mais par un parti-pris qui n'ose plus se dire : l'amour de <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la France. Il" w:st="on">la France. Il</st1:PersonName> est vrai : l'épopée gaullienne est passée à l'Histoire et le mitterrandisme à sa suite : tous deux, et selon des fortunes diverses, ont exalté la France ; or deux générations ont vu décliner, pour des raisons que par faute de temps, nous n'analyserons pas ici, moins ce substrat que son expression dans le grand roman national édifié surtout après la Révolution de 1789.

     

    Lire la suite :

    http://www.penser-la-france.asso.fr/techne2dparis.pdf


    6 commentaires
  • Les éditions L'Harmattan

    vous invitent à rencontrer

    jean-luc Pujo

    pour la signature de son roman politique

    "De la France - Les chemins de terre"

    le Jeudi 27 novembre 2008
    à partir de 18 heures

    Librairie Têckne
    7, rue des Carmes 75005 Paris
    http://delafrance.blogg.org


    votre commentaire
  •  

    « Et la France, dans tout ça ? (...) Mais la France,  ça n'existe plus ! (...) Alors la France, ça pourrait ainsi se terminer ? (...) Mais qui donc a intérêt à voir disparaître la France ? (...) Alors que la France a donné à l'Humanité tant de signes précurseurs d'une grandeur à naître ? (...) Et,  tout à coup,  la source aurait tari ?».

    Véritable hymne à la France, Les chemins de terre nous plonge dans les sentiers magnifiques des Pyrénées, où Hélène - institutrice en sabots - entreprend chaque jour de rejoindre son école pour enseigner la France à ses petits paysans.  La nature s'offre alors en déclinaisons poétiques et littéraires, comme un hymne à la culture française.Le narrateur peut alors convoquer ses propres souvenirs, quand lui-même - enfant - découvrait en secret, au cours de longs étés, la bibliothèque de l'école communale abandonnée.En promeneur solitaire, comme le célèbre Jean-Jacques, le narrateur entreprend ainsi un véritable pèlerinage.Plusieurs rencontres vont l'amener à décliner les questions essentielles de notre temps : la fin de la France, la mondialisation, le partage des richesses, l'écologie, l'éducation, le renouveau religieux et spirituel... pour découvrir que la France a fourni - sur tous ces sujets et depuis des siècles - plusieurs pensées parmi les plus abouties. Et tout naturellement, quand un hippie altermondialiste s'exclame : « La France ? Mais ça n'existe plus ! », le vieux maire ainsi que le promeneur peuvent répondre en cœur par une magnifique démonstration.

    Par ce premier roman politique, Jean-Luc Pujo nous offre un hymne à la puissance de la pensée française comme une critique décapante de la pensée dominante. Ce roman s'inscrit dans une série De <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName w:st="on" ProductID="la France. Après">la France. Après</st1:PersonName> le corps - Les chemins de terre -  l'auteur abordera dans Les allées du Luxembourg, l'analyse de la tête-capitale, Paris. Rejetant toute lecture maurassienne, l'auteur inscrit sa lecture française dans la fidélité à Charles Péguy et Auguste Comte pour lesquels il avoue sa plus profonde admiration.

     


    2 commentaires
  • Les éditions l'HARMATTAN et l'auteur Jean-Luc PUJO ont l'honneur de vous inviter

    à la présentation de l'ouvrage « de la France »

    avec la présence exceptionnelle de M. DANIEL COHEN, directeur littéraire des éditions l'Harmattan

    Jeudi 27 Novembre 2008

    de 18h à 20h

    A <?xml:namespace prefix = st1 /><st1:PersonName w:st="on" productid="la LIBRAIRIE TÊKHNE">la LIBRAIRIE TÊKHNE</st1:PersonName>

    <st1:PersonName w:st="on" productid="la LIBRAIRIE TÊKHNE"></st1:PersonName>7, rue des Carmes - 75005 PARIS

    (M° Maubert-Mutualité)


    votre commentaire
  • Organisée par la gauche républicaine des Hauts-de-Seine (MRC Nanterre et MRC 92), la réunion politique autour du livre « De la France - les chemins de terre » a offert un échange passionnant autour de la thématique essentielle : pour la Gauche, redécouvrir la Nation.

    Par quelques propos introductifs André CASSOU, responsable MRC de Nanterre et adjoint au Maire, a pu dire son plaisir de Pyrénéen à lire ces pages chargées de souvenirs et son plaisir de militant de gauche par la réflexion que lui inspirèrent les analyses proposées en résonnance avec l'actualité nationale et internationale.

    La parole a alors été donnée à Jean-Yves AUTEXIER, responsable de la fondation Res Publica qui se lança dans une lecture minutieuse « par sauts et gambades » à la manière de Montaigne, pour dire ce que cette lecture appréciée avait pu suggérer comme pensées et réflexions multiples : les deux conceptions de la Nation - française et allemande ; la nécessité de redécouvrir la patrie charnelle... le tout aux accents éminents d'un républicanisme pur et dur.

    M. AUTEXIER convoqua alors Michelet, Marc Bloch, Barres, Renan, Delteil...s'amusa de multiples citations avant de surprendre l'assemblée par une lecture détonante de Barack OBAMA.

    La « Nation » définie par Jean-Luc Pujo, c'est la « Nation » du Discours de Philadelphie de Barack OBAMA : « Ni noir, ni blanc, ni métis, nous sommes tous des américains ». Ce parallèle recueillait alors l'assentiment total de l'auteur : la République réelle, c'est cela. La France comme république universelle, c'est ce dessein supérieur de l'unité dans le service à la Nation.

    Jluc Pujo a alors exposé en quelques mots les fondements de sa double démarche en répondant à deux interrogations essentielles : pourquoi la Littérature ? Pourquoi « la France » ?

    Il expliqua alors en quoi la littérature lui apparaissait être - plus que jamais aujourd'hui - un acte majeur de « résistance » et en quoi la France, l' « Idée France » déclinée sous la forme paroxystique de « révolution républicaine » pouvait permettre de répondre aux questions majeures de notre Êpoqué : Crise de la raison et des Lumières ; Crise de l'humanisme ; Crise de la Culture et de l'identité. Le débat fut bien sûr passionnant.

    Jluc Pujo pouvait alors remercier vivement Brigitte Baumier, André Cassou et bien sûr M. Autexier.

    [Photo : JYves Autexier, Jluc Pujo et André Cassou face au public]


    votre commentaire
  • Invité par le Cercle Bourgogne-Résistance étudiante, <st1:PersonName w:st="on" productid="Jluc Pujo">Jluc Pujo</st1:PersonName> a accepté de relever le défi lancé par cette organisation de réflexion.

    Après une présentation de l'auteur visant à expliciter sa démarche double - à la fois littéraire et politique - le débat enflammé a duré plus de trois heures autour de thèmes politiques passionnants : Pourquoi y a-t-il urgence pour une Révolution Républicaine en France ? Quel serait son contenu ? Thème développé à souhait par <st1:PersonName w:st="on" productid="Jluc Pujo">jluc Pujo</st1:PersonName> , président des Clubs « Penser la France » et républicain de gauche. Les propos hyper-républicains de l'écrivain et militant ont eu l'heur de plaire aux étudiants s'accordant sur l'urgence d'un nouvel ordre social et politique.

    L'assemblée qui comptait également quelques syndicalistes enseignants fut ravie du rôle central qu'ils seraient amenés à jouer comme "prêtres laïc et républicain", et ce, malgré les réserves traditionnelles portées par l'anarcho-syndicalisme qu'ils ne cachèrent guère. Cependant, la nécessité d'un nouvel ordre social et politique républicain s'imposa de toute évidence.

    Le deuxième thème abordé de manière plus polémique a porté sur la pensée des Lumières. De très nombreuses critiques ont été formulées sur le bilan de cette pensée alors que l'auteur - instruit à la pensée des anti-Lumières et au courant de <st1:PersonName w:st="on" productid="la contre Révolution">la contre Révolution</st1:PersonName> - réaffirmait sa croyance totale dans la supériorité de cette pensée : « Il en va de la seule question essentielle, nécessaire : l'émancipation des Hommes. Les Lumières c'est le rêve d'une émancipation non encore réalisée. Pire, aujourd'hui la voilà largement mise en péril par le « Tout consommation », le triomphe d'un marché tout puissant ».

    On parla de mondialisation, d'éducation, de religion, pour conclure sur l'urgence d'instaurer un nouvel ordre politique inspiré des heures les plus grandes de la Révolution française. Il ne manquait plus qu'à conclure sur le nécessaire réveil de la civilisation européenne...Soirée passionnante et animée où la révolution républicaine - « l'hyper-République » - a été défendue avec véhémence par Jluc Pujo.

    L'auteur a d'abord remercié l'assemblée et félicité les jeunes étudiants pour la qualité et le niveau de leur réflexion, puis Jean-Marc, l'organisateur de ce débat intelligent et passionnant.


    2 commentaires
  •  

    SAMEDI 15 Novembre 2008 à 14h30

    La Gauche Républicaine des Hauts-de-Seine ( MRC 92) vous invite à un évènement politique autour du Livre « De La France - Les chemins de terre » en présence de l'auteur et de

    M. Jean-Yves AUTEXIER, Directeur de la Fondation Res Publica !

    à NANTERRE 92000 !

     

    Parc des anciennes Mairies

    Maison des Associations-Rues des anciennes Mairies


    votre commentaire